Comment travailler votre jeu de jambes en photographie de rue

La principale caractéristique de la photographie professionnelle qui me surpris quand je commençais à vivre de la photo : sa physicalité. C’est aussi pour cette raison que j’ai choisie et poursuivie cette carrière, mais j’ai tout de même été étonné par ce que les prises de vue peuvent demander en énergie, à quel point elles peuvent être épuisantes.

La photographie de rue est une performance physique

En photographie de rue, une des premières vidéos que j’ai regardé sur le sujet montrait Henri Cartier-Bresson en train de danser comme un pantin funambule autour d’un passant dans les rues de Paris. J’étais débutant en photographie et passionné par Henri Cartier-Bresson, je regardais ses arabesques du corps comme un moustique fasciné par une flamme d’allumette.

J’y vois maintenant autre chose : de la composition. Pour mieux connaître la photographie, je reconnais maintenant la recherche d’un moment, d’un bon cliché pour un sujet qui l’a intéressé.

Regardez ses jambes, ses pieds, vous verrez le lien direct entre la composition et le mouvement du corps. Les photos, c’est comme les crêpes, elles ne vont pas se faire toutes seules. Et comme une poêle a besoin d’être bien beurrée, le photographe a besoin de travailler son jeu de jambes.

Le moment parfait est une recherche

Contrairement au peintre qui plante ses pieds dans la vase en misant tout sur son jeu d’index, l’auriculaire levé vers le ciel, le photographe est un animal prédateur. L’oeil vif, la bave aux lèvres et parfois le flash haut perché, il chasse le 1/125 de secondes qui fera mouche.

Si la photographie est physique, le cliché parfait, lui, est une recherche permanente. La cause est toute simple, expliquée dans cette phrase de Raymond Depardon qui devrait être tatouée sur l’épaule, à côté d’un triangle d’exposition :

Si je savais comment faire des grandes photos, je ne ferais que ça.

Raymond Depardon

La pratique de la photographie est une recherche, on ne décide pas d’avoir une grande photo. On en a l’intuition, mais en réalité chacun de nos déclenchements est un espoir. Quiconque a édité quelques milliers de clichés sait qu’une grande photo est une rareté, dont on ne maîtrise pas vraiment la production.

Pour chercher, il faut marcher. Si je voulais vous donner une méthode simple de recherche et de composition en photographie de rue, quelle que soit la scène, l’événement ou la situation :

  • Commencez par déclencher tout de suite tout droit ce que vous avez vu d’intéressant, en essayant de composer à la volée. Le Giga Octet ne vaut rien, profitez-en ;
  • tournez autour de votre sujet. L’angle à 45° de chaque côté, plongée, contre plongée, 90° de chaque côté et puis allez vérifier de l’autre côté, selon d’où vient la lumière ;
  • combinez tout cela avec 3 valeurs de plan : plan large, plan moyen, plan serré. Avoir un zoom ne facilitera rien, il faudra souvent vous approcher, parfois vous éloigner.

Voilà comment pour une seule et unique photo, je viens de résumer 37 clichés différents, tous pris depuis un endroit différent (vous pouvez compter). Évidemment cette théorie est impossible, pour la simple raison que les moments intéressants passent trop vite.

En réalité, avec l’expérience vous aurez travaillé un arsenal de compositions avec lesquelles vous serez à l’aise et vous arriverez à réduire le nombre de clichés à prendre, parce que vous saurez quand vous en aurez un bon instantanément, au déclenchement. Vous travaillerez seulement quelques valeurs de plan pour pouvoir éventuellement raconter cette petite histoire de différentes manières. Et puis vous aurez rarement plus de deux angles intéressants sur une scène.

La composition, c’est le jeu de jambes

Mais le jeu de jambes, lui, sera toujours là. Il sera au service de votre composition, de cette recherche. On pourrait même juger du talent d’un photographe uniquement en le regardant bouger.

Et d’ailleurs, c’est possible et c’est même tout simple. Le jeu de jambes d’un photographe peut et doit s’étudier. Tout comme je vous conseillerais de vous entraîner à regarder des photos en analysant les éléments techniques employés, notamment la focale ou la distance au sujet ; je vous recommande d’étudier et d’analyser le jeu de jambes d’autres photographes.

Comment ?

Et bien la qualité d’un photographe se juge sur une planche-contact, ou sur une série de 36 déclenchements si vous travaillez avec un appareil électrique et une carte mémoire plutôt qu’une pellicule.

La planche-contact dit tout du photographe. Comment il a bougé, ce qu’il a vu, quand il a déclenché, s’il a eu besoin de rafale. Plan large, plan moyen, plan serré, tout y est.

Pour commencer à étudier des planches contact, je vais vous renvoyer vers un livre, encore. Il vous permettra d’étudier le travail, et donc aussi le jeu de jambes de certains des plus grands photographes au monde : ceux de l’agence Magnum dans le livre Contact Sheets. (Le lien est vers la version US, la VF étant à plus de 200€).

La planche-contact pour étudier le mouvement du photographe

À force de recommander des livres, je vais finir par créer un Photo-Book Club par abonnement avec un livre par mois. Et si c’était une bonne idée ? Note pour plus tard : créer un Photo-Book Club.

Commençons par étudier une photo iconique d’un de mes photographes préférés, le Chihuahua d’Elliot Erwitt.

Elliot Erwitt, contact sheet for “Chihuahua,” New York City (1946) (© Elliot Erwitt / Magnum Photos)

La séquence est merveilleuse. Elle commence par deux femmes qui se parlent devant un diner (restaurant) au coin d’une rue de Manhattan, l’une d’elle portant son adorable petit chien. Le premier cliché capturé est un plan moyen, testé en plusieurs versions. Les premières photos ont manifestement déclenché une discussion du photographe avec ces deux femmes, s’ensuit une série de plans serrés, avec la complicité de la propriétaire du Chihuahua qui participe à la séance photo en le posant au sol.

Notez que le cliché retenu par Elliot Erwitt est très largement recadré, au nom d’une composition parfaite. Cette planche-contact me replonge dans mes innombrables rencontres en Toscane ou à New-York qui ont eu pour cause ma passion infinie pour les canidés, mais je m’égare.

Poursuivons sur un sujet plus difficile, avec les évènements de mai 1968, sous l’oeil de Bruno Barbey.

Bruno Barbey, contact sheet for student protests in Paris (1968) (© Bruno Barbey/Magnum Photos)

La séquence permet d’appréhender le travail dans le cas d’un événement, où les scènes sont en mouvement permanent.

La planche-contact commence au plus près des policiers, dans leur dos. Elle se poursuit avec une série de plans larges interrompus par quelques manifestants qui passent devant le photographe. Puis une charge de police occupe le photographe sur 4 clichés. La séquence se termine sur une barricade.

Notez déjà comment chacune des photographies est rigoureusement composée, quelle que soit la valeur de plan. Vous pouvez ensuite apprécier directement le travail d’édition, le choix des photos les plus fortes et le ratio, implacable : 6 photos retenues sur une séquence de 36. C’est le ratio d’un grand maître, à plus forte raison quand j’aurais aisément gardé les 32 autres.

Terminons enfin l’exercice sur une photo du premier livre de Martin Parr, Last Resort.

Martin Parr, contact sheet for The Last Resort (1985) (© Martin Parr / Magnum Photos)

Cette mini planche-contact montre en huit photos comment Martin Parr a travaillé les scènes et exploité la sérendipité inhérente au procédé photographique. Il utilise ici cinq clichés en étant positionné au même endroit. Il travaille la scène avec une seule valeur de plan, et ne garde qu’un cliché, celui où la femme se retourne.

Appliquez ces principes dans l’analyse de vos photos

Il ne vous reste plus qu’à vous procurer Magnum Contact Sheets si vous souhaitez étudier la manière de travailler de certains des plus grands photographes du 20e siècle.

Vous pouvez également analyser vos séries de clichés pour identifier les manques en composition ou les mouvements que vous auriez pu créer. Puis vous pourriez commencer à identifier votre ratio de photos gardées, non pas pour moins déclencher, plutôt pour varier les valeurs de plan et mettre en pratique lors de votre prochaine session, avec votre jeu de jambes.

Recevez les prochains articles par email :
inscrivez-vous ici

Formation & Voyages Photo en 2020
avec Genaro Bardy

Ebook Gratuit - 9 Techniques de composition pour la Photographie de Rue