Comment commencer un projet en photographie de rue

posted in 7 kilomètres à pied

Comment commencer un projet en photographie de rue

Photographier en série est la recette du bonheur. Voir un projet éclore, s’accomplir, est le summum du plaisir en photographie. Certains vous diront que c’est la seule manière de procéder, je suis en désaccord avec cette assertion radicale.

La photographie peut être extrêmement simple et rester un petit journal de votre vie quotidienne. La photographie peut aussi être utile de manière tout à fait pratique pour communiquer l’existence ou l’avancée d’une activité. Quand je photographie mon fils, je n’ai pas d’intention de publier, d’exposer ou d’assembler les photos dans un livre, ce n’est pas un projet et ça reste pour moi de la photographie.

Mais si vous voulez aller plus loin dans votre expression artistique, une seule voie : le projet photographique, quelque soit la forme finale qu’il prenne.

Explorons ici quelques moyens d’initier un projet photographique.

Une obsession

Un projet photographique devrait commencer par ce que vous pouvez photographier pendant 5 ans sans jamais vous lasser. Un projet est avant tout une obsession.

J’ai personnellement une obsession avec New York que je n’aurai jamais fini d’explorer, si je ne m’y installe pas un jour je sais que j’ai encore quelque chose à aller chercher. Dès que mon projet « Ville Déserte » a commencé j’ai eu mes yeux sur New York qui est pour moi la capitale du monde. J’ai commencé un autre projet à New York avec une autre obsession, concentrée sur les couleurs primaires. Quand j’ai un projet en tête et qu’il s’accroche, j’ai l’impression qu’il me reste à l’esprit en permanence, que je ne peux plus le lâcher tant que je n’en ai pas sorti un objet fini. Pour moi cet objet fini est un livre, mais cela pourrait prendre d’autres formes : un diaporama, un film, pourquoi pas un Leporello.

Alex Webb parle de l’obsession dans son livre On Street Photography and the Poetic Image, quand il décrit son processus d’écriture de livres. Il explique qu’une grande partie du projet est de découvrir la nature particulière de son obsession, sans vraiment en connaître la fin. La plupart de ses projets commencent par une phase exploratoire autour d’une destination particulière. Puis l’obsession nait et grandit après une découverte.

Photo Genaro Bardy – Primal NYC
Photo Genaro Bardy – Primal NYC
Photo Genaro Bardy – Primal NYC
Photo Genaro Bardy – Primal NYC

Le succès

Pour débuter un projet, commencez par analyser vos photos qui ont eu du succès dans le passé. Quelles en sont les caractéristiques ? Que racontent-elles ? Pourriez-vous réaliser cette même série là où vous vous trouvez maintenant ? Dans d’autres endroits ?

Mes villes désertes ont commencé parce que je suis arrivé pour une semaine de travail (dans ma vie passée) à New York la veille de l’ouragan Irene en 2011. Toutes les télés étaient en boucle, Brooklyn avait déjà des zones inondées par les pluies incessantes et le couvre-feu était recommandé à partir de la fin de journée. J’ai descendu Manhattan le long de la 5ème avenue depuis Mid-Town vers le quartier financier à travers Greenwich Village. Plus j’avançais, plus la ville se vidait de ses habitants. J’ai édité mes photos pendant la nuit de l’ouragan et publié mes photos le lendemain matin sur mon blog, Facebook et Flickr. Ce projet était tout simple et s’appelait alors « Le Calme avant Irene ». À l’époque c’était mes photos qui avaient été le plus partagé, et probablement la seule fois où l’une d’elles était en page d’accueil de Flickr.

3 ans plus tard, alors que je commençais mon activité de photographe professionnel, je me suis demandé comment je pouvais reproduire ce type de photos, sans personne. Parce que je voulais travailler à Paris et que je ne pouvais pas prévoir les ouragans, j’ai essayé de me demander quelle serait la nuit la plus calme de l’année. Noël était un mois plus tard, j’ai fait un rapide repérage et tracé un parcours pour la nuit de noël pour réaliser un maximum de photos, c’était un essai. L’ouragan est alors arrivé pour mes photos qui ont été reprises dans des dizaines d’articles. Une fois le principe éprouvé à Paris, j’ai eu mes yeux sur Londres, Rome, Tokyo, et bien sûr New York pour continuer le projet.

Photo Genaro Bardy – Le Calme avant Irene – New York, 2011
Photo Genaro Bardy – Le Calme avant Irene – New York, 2011

Une histoire

C’est ici que vous devez prendre conscience qu’un projet photographique peut simplement être un projet d’auteur, indépendamment du moyen qui est utilisé pour raconter une histoire, en l’occurence des photos.

Nous avons tous des histoires que nous racontons à des amis ou des nouvelles connaissances. Quelqu’un dans votre famille qui a un parcours étonnant ? C’est une histoire. Un lieu pour lequel vous avez un attachement particulier ? Vous connaissez certainement des dizaines d’histoires de ceux qui le peuplent.

La particularité d’une histoire est à priori la notion temporelle. Une histoire ça commence par « il était une fois » et ça finit par « ils vécurent heureux » si vous vous appelez Disney. Vous aurez des personnages dont vous voudrez réaliser des portraits, des lieux dont vous aurez besoin de paysages ou de détails, quantité d’éléments qui composeront votre histoire, ils seront toujours liés par le temps : vous aurez un début, un incident, un sujet, qui évoluera dans le temps. L’ensemble va constituer un arc narratif.

Et puis vous trouverez des histoires qui ne respectent aucun code, qui ont des manières originales d’être racontées. En cinéma par exemple Christopher Nolan est connu pour jouer avec les codes narratifs en modifiant les structures temporelles classiques.

Vous trouverez autant de manières de raconter une histoire que d’histoires, vraiment. Mais si vous voulez débuter un projet, commencez par l’histoire que vous connaissez et qui fascine quand vous la racontez. Photographiez ses personnages, ses lieux, et utilisez l’évolution dans le temps pour la développer.

Prochain Voyage-Photo à New York : du 19 au 26 avril 2020

Le hasard

Marchez de manière aléatoire, perdez-vous en prenant des directions au hasard, au fil d’inspirations spontanées. Robert Adams explique qu’il ne pourrait jamais commencer un projet en écrivant à l’avance ce qu’il devait photographier. Ce sont les photos issues d’explorations aléatoires qui donneront une idée à posteriori.

Pour Robert Adams la plupart des livres commencent par une marche et des photos, sans aucun plan. Quand on connait le travail dantesque réalisé pour ses livres, on pourrait dire que le hasard se transforme alors… en obsession.

Photo Genaro Bardy – My Soul so Cool from the Bath of Light – Salvador de Bahia, 2018
Photo Genaro Bardy – My Soul so Cool from the Bath of Light – Riohacha, 2019
Photo Genaro Bardy – My Soul so Cool from the Bath of Light – Bogota, 2019

Recevez les prochains articles par email : inscrivez-vous ici

L’ancien

Revisitez d’anciennes séries de photos et demandez-vous ce que certaines pourraient avoir en commun. Pourquoi avoir choisi une photo plutôt qu’une autre ? Est-ce que cette raison tient encore aujourd’hui ? Et si vous commenciez à assembler certaines photos de séries qui n’ont rien à voir, comment pourriez vous continuer ce que vous commencez à raconter ?

Un projet photo ne va pas révolutionner le monde de l’art, il ne doit pas être un statut ou une épreuve de vanité. C’est simplement un assemblage de photos, accompagné de textes plus ou moins longs. Cela peut paraître basique, mais je suis convaincu que vous aurez besoin de pratique en projets photographiques pour progresser, que vous avez besoin d’éprouver et de rater des projets comme on rate des photos. Commencez par un projet basique en re-visitant des photos déjà réalisées.

Photo Genaro Bardy – Underdogs – New York, 2010
Photo Genaro Bardy – Underdogs – New York, 2011

Un titre

Notez des titres dans un carnet, dès que vous voyez un assemblage de mots qui feraient un bon titre de projet. Un titre que vous auriez envie d’explorer comme lecteur, un bon mot, un jeu de mots, une phrase qui chante, une poésie en prose, tout ce qui vous passe sous les yeux et qui ferait un bon titre.

Je crois qu’il n’y a rien de plus beau qu’un joli carnet avec une belle écriture, mais j’écris de manière totalement désordonnée mes carnets ne ressemblent à rien. Personnellement j’utilise Google Keep (Application Android et Web), qui me permet de synchroniser entre mon ordinateur et mon téléphone. Puisque j’ai pris la fâcheuse habitude de lire tout ce qui n’a pas de photos sur l’application Kindle de mon téléphone, je copie les passages qui m’intéressent dans Keep.

Puis demandez-vous comment vous pourriez réaliser un projet photo à partir de chaque titre. Commencez à établir la liste de photos dont vous pourriez avoir besoin pour développer un titre. Marie Lemeland avec qui nous avons réalisé La Ville Miraculeuse y explique avoir pris ce titre d’un poème de Paul Nougé. Ce poème serait d’ailleurs une excellente source pour plein de projets photo 🙂

Photo Genaro Bardy – La Ville Miraculeuse – Paris, 2018
Photo Genaro Bardy – La Ville Miraculeuse – Salvador, 2019
Photo Genaro Bardy – La Ville Miraculeuse – Shanghai, 2015

L’inspiration

Le moyen le plus facile de commencer un projet photographique est de s’inspirer des grands maîtres. Prenez un projet qui vous intéresse ou vous fascine et demandez-vous : si je devais réaliser un projet similaire, à ma manière, comment est-ce que je ferais ?

Est-ce que c’est un plagiat ? de la copie ? du vol ? Bien sûr que non. Partez du principe que toutes les photos on été faites et que tous les projets ont été réalisés. Ce que vous pouvez proposer sera toujours une adaptation d’un principe déjà vu ailleurs. Me concernant j’ai découvert après « Desert in Paris » que Masataka Nakano avait déjà proposé ce principe avec Tokyo Nobody. Si le principe est identique, les différences sont majeures : Masataka a réalisé son livre sur 10 ans essentiellement le matin, alors que chacune de mes villes désertes sont capturées sur une seule nuit, toujours pendant une fête familiale (Noël à Paris, Londres ou Rome, Thanksgiving à New York, le jour de l’an à Tokyo). Et ça n’a pas empêché d’autres photographes de proposer Paris désert, à d’autres occasions.

Tout est remix. Inspirez-vous des plus grands photographes et adaptez les projets que vous aimez à votre sauce, avec votre patte, votre oeil. Si vous croyez en une histoire, c’est une raison suffisante pour commencer à la raconter. Si vous étiez écrivain, vous ne vous empêcheriez pas d’écrire un roman policier parce que ça a déjà été fait.

Pour nourrir votre inspiration, je vous propose deux livres qui contiennent quantité de projets passionnants :

  • The Photobook: A History Volume III by Martin Parr – Une histoire des livres photo par le génial Martin Parr. Les premiers volumes feraient l’affaire mais celui-ci est plus récent et donc à mon avis plus pertinent.
  • Magnum histoires – Ce livre est nettement moins cher et regroupe les histoires de séries de photos des grands maîtres de l’agence Magnum. Chaque histoire pourrait être une inspiration pour vous, et ce prix pour un livre si gros et beau c’est le meilleur cadeau que vous pouvez vous faire.

Masterclass & Voyages Photo en 2020 avec Genaro Bardy

Recevez les prochains articles par email : inscrivez-vous ici