Comment débuter en photographie de rue ?

posted in Photographie de Rue

Comment débuter en photographie de rue ?

Voici le 2ème article consacré à la photographie de rue, ça avait commencé ici avec les questions Quoi ? et Pourquoi ?

Comment ?

La question du comment va mécaniquement nous amener sur votre appareil photo. Je voudrais prendre le temps ici de parler des optiques, notamment des focales que vous utilisez en photographie de rue. Je vous conseillerai toujours d’utiliser des focales fixes, d’éviter les zooms en photographie de rue. Déjà le zoom rend paresseux, et la photographie de rue est une exigence qui demande un certain effort. Ensuite je crois sincèrement qu’il est préférable de s’habituer à voir avec un cadre, une focale précise. Le regard se développera avec un angle particulier, ira chercher certains détails ou verra des scènes sans avoir besoin de viser et de lever l’appareil. Avec une focale fixe je crois que vous verrez plus et mieux.

Arrive donc la question de savoir quelle focale est la « meilleure » pour la photographie de rue ? 3 focales sont classiquement utilisées en photographie de rue : le 28mm, le 35mm et le 50mm. Evidemment il n’y a pas de réponse toute faite, chacune possède ses avantages et inconvénients. (Notez que je fais référence à des focales ‘plein format’, si votre capteur est de taille APS-C les équivalents sont 18mm, 24mm et 35mm, si votre capteur est un micro 4/3 les équivalents sont 14mm, 18mm et 24mm)

Le 28mm est très large pour la photographie de rue, il déformera légèrement les visages et vous aurez parfois l’impression d’être loin de votre sujet. Ce dernier point est en réalité une bénédiction, car le 28mm vous obligera à vous rapprocher toujours plus pour remplir votre cadre et c’est une démarche à encourager en photographie. Le 28mm vous permettra également de plus facilement capturer des scènes, ce qui peut être très agréable mais aussi difficile à maîtriser. Le 28mm est la focale d’un appareil expert prisé par de nombreux photographes de rue, le Ricoh GR.

Sélection de photos réalisées au 28mm :

Le 50mm est l’optique qui se rapproche le plus de notre vision, de là où nous concentrons notre regard. C’est une optique parfaite pour les portraits mais exigente pour l’architecture ou pour apporter du contexte à une photo. C’était la focale de choix du grand maître de la photographie de rue Henri Cartier Bresson, ce ne peut pas être un mauvais choix.

Sélection de photos réalisées au 50mm :

Le 35mm est intermédiaire, vous l’aurez compris. C’est une optique qui fonctionne bien en portrait, mais déjà assez large si vous avez besoin de voir plus et d’inclure du contexte. Le 35mm est certainement la focale que je croise le plus souvent pour le reportage ou en photographie de rue, justement parce qu’elle est versatile. Le 35mm est la focale choisie pour un autre boitier classique en photographie de rue, le X100 de Fujifilm.

Personnellement j’ai une préférence pour le 35mm, mais je peux parfois trouver cette focale juste un peu trop large. Pour moi le parfait compromis pour la photographie de rue est le 40mm que j’ai adopté depuis 5 ans. Malheureusement cette focale n’existe pas dans tous les systèmes, mais elle présente également l’avantage d’être généralement très courte, sur des optiques dites ‘Pancakes’ qui sont discrètes (par exemple chez Canon). Et la discrétion peut être primordiale en photographie de rue si vous souhaitez capter des scènes naturelles.

Sélection de photos réalisées au 40mm :

Voilà pour le matériel. Je tiens à vous dire que j’ai cité quelques marques ou systèmes, mais qu’en réalité il n’existe pas de mauvais boitier pour la photographie de rue, tous peuvent être suffisamment discret pour pratiquer sans problème. D’une manière générale je vous inviterai toujours à pratiquer la photographie de rue avec ce que vous avez, et à éviter de vous donner des causes matérielles à votre absence de pratique.

Pour ce qui est de la prise de vue, je reviens aux grands classiques. Si vous débutez en photographie de rue. Vous aurez 2 manières principales de composer en photographie de rue :

  • Trouver un cadre et attendre
  • Trouver un sujet et le suivre

Trouver un cadre et attendre : c’est la technique la plus simple à utiliser lorsque l’on débute. Choisissez un cadre en vous servant de ce que vous avez appris en composition, puis attendez que la scène soit parfaite à vos yeux. Généralement il ne suffit pas d’attendre quelques secondes, souvent plusieurs minutes sont nécessaires pour que chaque élément soit en place.

Trouver un sujet et le suivre : c’est une technique de prise de vues beaucoup plus difficile. Mais j’espère que vous vous rendrez compte avec l’expérience qu’il n’y a rien de dramatique à suivre quelqu’un pour les besoins d’une photo, même sans prévenir, et que dans 99% des cas cela ne pose aucun problème à la personne concernée si une fois découvert vous expliquez votre démarche, montrez vos photos et commencez à échanger amicalement avec elle. J’ai longtemps dit que j’étudiais la photographie, même quand elle est devenue mon métier. Dans tous les cas l’idée est de garder le sourire, d’être transparent sur votre pratique et les raisons qui vous poussent à photographier.

Si vous avez trop de difficultés à vous lancer sans demander la permission, commencez par réaliser des portraits. Je me souviens encore de ma première sortie photo, de cette montée d’adrénaline lorsque je demandais à un parfait inconnu si je pouvais lui tirer le portrait. Il m’a répondu oui avec un grand sourire. Vous éprouverez les plus grandes difficultés à recevoir des réponses négatives. Et réaliser des portraits vous obligera à aller vers les gens que vous croisez, avec l’expérience vous pourrez commencer à prendre quelques photos avant même d’avoir demandé la permission, sans vous en rendre compte vous serez déjà passé du côté du chasseur de photos.

Qui ?

La question de ‘qui ?’ en photographie est essentielle, sinon centrale. Parmi les milliers de personnes que vous pouvez être amenés à croiser dans la rue, vous allez devoir choisir. Pourquoi cette personne et pas une autre ? cette réponse vous appartient et peut être que vous ne chercherez même pas à comprendre. Peut être chercherez vous des scènes particulières, des cadrages spécifiques, des moments précis, des histoires qui vous tiennent à coeur. Mais quelque soit la photographie de rue que vous pratiquerez, elle en dira beaucoup sur vous, tout autant que sur les sujets que vous choisirez.

Que vous le vouliez ou non la photographie de rue vous amènera vers les autres, et je trouve cela formidable. Je prends un plaisir immense aux discussions qui suivent une photo, qu’elles soient furtives ou sans fin. J’ai rencontré certains de mes meilleurs amis en photographiant dans les rues de Paris, en me laissant porter par l’instinct ou l’envie.

Il se trouve que ce sentiment est appuyé par la science. Des chercheurs de l’université de Chicago ont montré que parler à des inconnus était une source de bonheur sous-estimée 🙂 C’est pour moi une des conséquences de la pratique de la photographie, une incidence heureuse qui rajoute un peu plus de plaisir à cette merveilleuse activité.

VA est un programme de 25 articles qui a pour objectif d’enseigner à un(e) photographe débutant à prendre de grandes photos. Rien que ça 🙂

Ces articles et le livre dans lequel ils seront regroupés sont en libre accès. Mais si vous voulez m’encourager et m’offrir le café : cliquez ici.