Comment utiliser un Sony A7 comme un Leica Q

La sortie récente du Leica Q2 est une torture, parce que Leica a probablement réussi à créer un appareil idéal pour la photographie de rue, le reportage et le portrait. Devant mon incapacité financière à investir dans un nouveau boitier, j’ai cherché une méthode et découvert sur les boitiers que je possède déjà (Sony A7 et A7RII) une alternative tout à fait correcte : le CIZ.

Je m’explique.

Leica Q2

Le Leica Q2 est un appareil compact qui n’a pas d’objectif interchangeable. Il propose une optique remarquable de 28mm et un nouveau capteur de 47 Millions de pixels (!) qui permet entre autre choses d’utiliser un zoom numérique équivalent à un 35mm, un 50mm ou un 75mm en réduisant la taille du capteur utilisée. Chaque niveau de zoom réduit le nombre de pixels utilisés, mais avec une base de 47M cela reste tout à fait acceptable. Ainsi avec la compacité du 28mm, vous pouvez en réalité travailler avec 4 focales différentes. Leica étant réputé pour ses optiques, considérées par certains comme les meilleures au monde, l’objet est désirable. Très désirable.

Mais à 4 790€, c’est un désir qui demande un certain budget pour le satisfaire. Je rêverais de pouvoir investir, mais je ne souhaite pas revendre mes A7 qui me permettent de travailler avec de nombreuses optiques différentes.

Et c’est ainsi que j’ai découvert le CIZ, acronyme de « Clear Image Zoom », qui est une fonction de zoom numérique intégrée aux différents modèles de Sony A7. Même la première génération de Sony A7 possédait cette fonctionnalité… Je l’avais sous le nez depuis 5 ans 😀

Mes 2 boitiers Sony A7 – l’un avec l’optique 28mm de Sony et l’autre avec un 50mm Summilux de… Leica 🙂

Ainsi si vous souhaitez travailler de manière équivalente au Leica Q2, il existe une optique Sony 28mm F2.0 qui est remarquable elle aussi, elle n’est pas comparable en terme de qualité à celle de Leica, mais à 400€ (j’en vois quelques unes à 350€) le rapport qualité / prix est lui aussi incomparable. Ajoutez un Sony A7RII et son capteur de 42M de pixels (considéré comme le meilleur du marché à sa sortie) qui est proposé actuellement à 2200€, et vous obtiendrez un boitier tout à fait comparable au Leica Q2 pour presque la moitié de son prix. Vous aurez en sus le bénéfice non négligeable d’avoir un boitier à optique interchangeable.

Si vous allez vers le A7 1ère génération, on le trouve neuf pour moins de 800€… En revanche vous n’aurez que 24M de pixels pour travailler.

Attention le Clear Image Zoom de Sony dispose de quelques inconvénients qui vous contraindront au compromis :

  • Le Clear Image Zoom ne réduit pas la taille des fichiers, ce qui est à priori un avantage… Mais en réalité le zoom est bien numérique, l’image est extrapolée pour utiliser l’ensemble du capteur. Ainsi vous ne pouvez pas shooter en RAW, il est indispensable d’être en Jpeg. Le Leica Q2 vous permet de conserver le fichier RAW à 28mm, ce qui peut être extrêmement précieux en post-production. Et vous gardez plus d’information dans le fichier. C’est le compromis le plus important ici. Personnellement avec un Sony A7RII les fichiers Jpeg sont d’une telle qualité que cela ne me pose pas de problème, mais si vous êtes des puristes de la non-compression ce peut être rédhibitoire.
  • Le Clear Image Zoom ne permet que de doubler la focale. Ainsi mon 28mm devient au mieux un 56mm, quand le Leica Q2 vous permet d’aller jusqu’au 75mm. Personnellement je préfère le 35mm ou le 40mm, le 28mm est trop large pour moi dans la majorité des cas. Ainsi mon 40mm devient un 80mm et je dispose d’une plage de focale parfaite pour mon usage. Le seul avantage de Sony ici est que vous pouvez varier beaucoup plus vos focales, vous n’êtes pas limité à 4 focales. Vous pouvez multipliez votre focale de x1.1 jusqu’à x2.0 avec tous les dixièmes pour ajuster exactement ce que vous souhaitez.
  • Enfin dernière différence, lorsque vous zoomez avec le CIZ l’ensemble du viewfinder ou de l’écran est occupé. Sur le Leica Q2 vous « voyez autour de votre cadre ». Personnellement cela ne me cause aucun problème, je compose toujours de cette manière là.

J’utilise le Clear Image Zoom depuis mon arrivée ici à Quito, et je suis ravi de cette découverte. Je ne transporte aucun zoom, simplement un 28mm, un 40mm et un 50mm , tous très légers. Et la discrétion est au maximum, si tant est que je sois vraiment discret avec ma tête de gringo.

Pour voir le résultat, c’est ici : Photographie de rue à Quito

Et pour commander mon livre « La Ville Miraculeuse » : rendez-vous sur Kickstarter