La photographie est l’expression d’un désir

Alors que j’étais en train de préparer le dernier module de formation du programme L’Étincelle, je tombe dans mes recherches deux fois sur la notion de désir en photographie, à quelques heures d’intervalle dans « On Composition and Improvisation » de Larry Fink et « How I Take Photographs » de Daido Moriyama.

Ces deux passages m’ont intéressé, chacun à leur manière. C’est donc l’occasion pour moi de vous les retranscrire et de partager quelques photos des deux remarquables photographes qui en sont les auteurs.

Larry Fink et l’immédiateté du désir

J’aime m’approcher, donner un sentiment d’intimité. Ce n’est pas seulement à quel point je suis proche de mon sujet, mais aussi à quel point je me sens proche. Le critique John Berger écrivait ceci dans son essai à propos de Caravage. Il suggère que son travail est à propos de l’immédiateté du désir, et je dirais que cela est également vrai dans mon travail. L’appareil photo peut faire ressortir un antagonisme ou le narcissisme intense du sujet. Le sujet peut faire l’amour à la caméra. Le sujet peut faire la haine à la caméra. Ils peuvent lui faire nombre de choses.

Ce que j’essaye de faire est de percer ce qui est hostile ou harmonieux dans notre relation et d’aller au cœur de ce qui crée cette énergie. Ceci implique d’être connecté à l’émotion ou à la sensualité. Je ne parle pas de sensualité comme un désir sexuel ou d’une répulsion à un niveau superficiel. Je parle des sens – tous les sens – du bout des doigts jusqu’au bout de la langue.

Larry Fink

Daido Moriyama dans ce monde inconnu et étranger

Quelles capacités sont les plus utiles à un Photographe de rue, dans ce monde inconnu et étranger ? […] Bien sûr un œil aiguisé est fondamental. Et bien sûr vous devez être vigilant, sensible, réactif, à l’aise dans votre corps, pour pouvoir répondre aux stimuli autour de vous immédiatement.

Mais au-dessus de tout, vous devrez avoir du désir. Ce désir que le photographe doit sentir au moment où il déclenche. Si vous n’avez pas de désir, vous ne verrez pas ce qui est devant vous. Je parle du désir que l’on ressent au moment qui vous pousse à déclencher. Le désir est tout autour de nous, il y en a une quantité disponible gigantesque, infinie.

Il est important d’être vrai vis-à-vis de ce désir. Pour prendre une photographie qui est digne de tout cet intérêt et pleine de sens, vous devez devenir un avec ce désir quand vous déclenchez.

Daido Moriyama

Que serait la photographie, si elle n’était pas l’expression d’un désir de son auteur ?

Ebook Gratuit - 9 Techniques de composition pour la Photographie de Rue