Comment je règle mon appareil photo pour ne plus y penser

C’est probablement la partie de la pratique photographique à laquelle je pense le moins : le réglage de l’appareil. Néanmoins, lors du lancement de ma formation à la photographie, certains participants m’ont dit être débutants en photographie, ils ont acheté leur premier appareil photo il y a très peu de temps. Alors je tiens à préciser ici ce que je ne décris pas dans la partie technique de mon dernier livre : comment je règle mon appareil photo.

Avant tout je tiens à dire que ce qui suit n’est en rien une recommandation ou un conseil. C’est ma méthode, celle que j’emploie qui correspond probablement le mieux à ma pratique de la photographie. L’idée est ici de vous l’expliquer pour que vous trouviez la vôtre.

La technique, il est bon de la fréquenter pour la connaître intimement.
Après quoi elle doit vous ficher royalement la paix.

Robert Doisneau

Par défaut : Priorité Vitesse

Mon mode de prise de vue par défaut est le mode Priorité Vitesse. Les types de photographies que je pratique le plus sont dépendants de la Vitesse d’obturation. Que ce soit en commande ou en reportage, chez moi avec un enfant en bas âge, ou en photographie de rue qui m’occupe le reste du temps, je ne veux pas louper un moment qui passe vite parce que je serais réglé trop lent.

Ainsi, en mode Priorité Vitesse, je règle par défaut au 1/250e de secondes. Ma Sensibilité est fonction de la quantité de lumière, le plus souvent 400 / 800 ou 1200 ISO. J’ai tendance à commencer assez haut en sensibilité pour ne pas risquer de taper régulièrement dans la plus haute Ouverture, qui sera décidée par mon appareil.

Dans un mode semi-automatique comme la priorité Vitesse, ma mesure d’exposition est importante. Pourtant, je la change rarement voire jamais, elle est réglée sur le centre de mon image. Quand j’ai besoin de varier mon exposition, j’utilise la molette ou le contrôle de cette mesure d’exposition selon le boîtier.

Enfin mon autofocus est par défaut en AF-S Single Shot. Notamment en photographie de rue, je veux décider où est mon point, même sur des sujets en mouvement. Je ne passe en AF-C Continu qu’en famille, mon fils étant assez tonique 🙂 ; ou lors d’un événement ou les mouvements sont intenses. Je travaille notamment pour une salle de sport, je réussi plus de clichés en AF-C dans ce cas là.

Pour aller plus loin :
Contrôlez le mouvement – le mini-guide de la vitesse

Paysage et Portrait : quand je veux maîtriser la profondeur de champ

Prenons l’exemple de la photographie de rue, mon appareil est le plus souvent réglé sur cette pratique. Je suis donc en mode Priorité Vitesse au 1/250e de secondes. Le contrôle de la vitesse me permet d’être créatif avec des vitesses très basses (en dessous du 1/60e de secondes), ou de figer des sujets très rapides en réglant facilement au 1/500e ou 1/800e de secondes.

Puis quand je bascule sur un portrait ou un paysage, où la profondeur de champ sera importante, je passe en priorité Ouverture et règle sur F2 à F4 pour le portrait et F8 à F16 pour le paysage. Pour un portrait je tourne la molette au moment où je commence à discuter et demander à mon sujet si je peux passer un peu de temps avec lui. Pour un paysage, par principe on va dire que j’ai le temps de régler précisément, puis d’attendre éventuellement qu’une scène au premier plan soit meilleure.

Pour aller plus loin :
Le mini-guide de l’ouverture

Mode Programme (P) de plus en plus souvent

Depuis que je passe mes journées avec un Ricoh GR, je dois bien dire que le plus souvent je suis en mode de prise de vue P avec une sensibilité à 1200ISO. 80% du temps le Ricoh GR ira sur F5.6 et une vitesse plutôt élevée. Si jamais j’ai besoin de contrôler la profondeur de champ, je peux toujours mettre un coup de molette dans un sens ou dans l’autre.

En photographie de rue, le mode P + 1200 ISO est redoutable, ultra rapide. Mon autofocus est en mode Snap sur le Ricoh GR avec une distance à 3m, ce qui veut dire que dans la grande majorité des cas je n’ai pas besoin de faire de mise au point (le mode Snap saute l’étape de l’autofocus et reste calé sur une distance), tout sera net entre 3m et 10m devant moi. Avec la taille du boîtier et le mode Snap, je shoote plus, plus souvent, je peux travailler mes scènes beaucoup plus longtemps avant d’être repéré.

Pour aller plus loin :
Vous avez le droit d’utiliser un mode automatique

Trouvez votre système

Le réglage de votre appareil doit d’abord être contraint par votre intention créative. Partez de ce dont vous avez besoin, puis déduisez le réglage qui correspond le mieux. Les modes automatiques, s’ils sont bien maîtrisés, sont parfaits pour être plus rapide dans votre exécution. Je n’ai jamais vu le mode manuel comme une preuve d’expertise, j’y suis simplement contraint parce qu’un de mes boitiers a une mesure d’exposition défectueuse.

J’espère que ces petits réglages vous aideront, allez voir les articles en référence si ce que je vous raconte est encore trop complexe :

Recevez les prochains articles par email :
inscrivez-vous ici

VA – Lettre à un.e jeune photographe

Cliquez ici pour télécharger le pdf

VA – Lettre à un.e jeune photographe est un livre fait pour vous si vous débutez en photographie. Il est disponible selon le principe Payez ce que vous voulez, à cette adresse : vera.news/va-le-livre