Ce que j’ai appris de Joel Meyerowitz et Garry Winogrand

Tous ces enseignements sont issus du dernier chapitre du livre ByStander de Colin Westerbeck et Joel Meyerowitz. ByStander est le meilleur ouvrage sur la photographie de rue qu’il m’ait été donné de lire, bien que le point de vue soit très américain. Ce dernier chapitre est une discussion entre Colin Westerbeck (conservateur, auteur et enseignant de l’histoire de la photographie) et Joel Meyerowitz, immense photographe que j’admire dans chacune de ses entreprises. Joël Meyerowitz retrace son parcours au début des années 60 et notamment sa relation particulière avec Garry Winogrand, un autre grand photographe de rue.

Joel Meyerowitz et Garry Winogrand se sont rencontrés dans le métro depuis Manhattan en direction du Bronx alors que Winogrand travaillait sur son premier livre « The Animals » et que Meyerowitz rentrait chez lui. Puis ils se sont croisés à plusieurs reprises dans les rues de Manhattan. S’en suivit une amitié qui laisse rêveur tout amoureux de la photo, deux des plus grands photographes de New York arpentaient les rues et photographiaient la plupart du temps ensemble.

Voici les enseignements que j’ai trouvé les plus inspirants de cette relation :
[NDLA : tout est traduit par mes soins]

Les photos de rue doivent être « dures »

Les photos de rue doivent être dures à réaliser. Les scènes doivent être dures à trouver. Si j’augmente la difficulté dans mes prises de vues, je limite le nombre de personnes qui pourront en réaliser des similaires, j’aurai moins de concurrence et serai plus facilement original. Surtout en augmentant la difficulté j’obtiens des photos qui ont une connexion émotionnelle forte avec celui qui regarde les photos. Une photo difficile est reconnue comme telle par celui qui la voit, son pouvoir de fascination est d’autant plus élevé. C’est aussi un bon moyen de lutter contre l’ennui et la répétition de situations tout le temps similaires ou banales.

Quelques exemples de photos difficiles à réaliser :

  • S’approcher très près. Voire trop près.
  • Composer en triangle. Essayer de toujours avoir 3 « scènes » ou sujets évidents sur une même photo sans qu’ils se chevauchent.
  • Le moment parfait. Je n’aime plus beaucoup l’instant décisif, j’ai maintenant beaucoup de mal avec cette notion, bien qu’elle m’ait fasciné pendant des années. On laisse passer en permanence des moments qui pourraient être plus beaux, plus intéressants, il faut apprendre à les abandonner. Un moment n’est pas décisif parce que vous avez su le capter, pour moi une photo est le meilleur élément d’un travail, d’une performance du photographe. Le moment est parfait parce que tout s’aligne comme vous l’avez espéré, attendu ou vu, et parce que la scène dit quelque chose de l’endroit où vous êtes ou du sujet que vous suivez.
Phrase de Joël Meyerowitz – ByStander
Photo Joel Meyerowitz
Photo Joel Meyerowitz
Photo Garry Winogrand
Photo Garry Winogrand

Mes photographies ont une humeur

Le travail de Garry Winogrand ressemblait à la vie qui passait en fuyant et ce gars l’attrapait au vol. Ses photos étaient drôles, drôles et folles. […]
Garry Winogrand avait une hyper-personnalité. Il donnait un tempo tellement fort dans la rue qu’il était impossible à suivre. Vous aviez juste à adopter son mouvement. Quand j’étais avec lui, je ne le regardais pas, nous regardions chacun l’action autour de nous, mais je n’ai jamais vraiment adopté sa manière de travailler et de photographier. Vous pouviez le voir dans ses photos. Elles étaient tellement chargées, en les voyant vous commenciez à comprendre sa manière physique de prendre des photos. Elles vous montraient directement qu’elles étaient une réponse sans aucune hésitation.

Joël Meyerowitz – ByStander

C’est en travaillant de manière répétée à New York que je me suis rendu compte que mon humeur changeante pouvait influencer grandement mes photos. Si je traverse une étape difficile de ma vie, ma physicalité dans la rue sera différente, mes interactions seront différentes, et mes photos reflèteront mes émotions.

Au contraire si je suis joyeux, déterminé à sortir des photos, je repousserai des limites et irai chercher ce que je n’aurais jamais soupçonner pouvoir réaliser. Mon style photographique est avant toute chose représenté par mon humeur, et par un regard que je peux poser sur ce qui m’entoure. Pas uniquement un regard graphique, mais une énergie, que ce soit une curiosité ou une drôlerie, qui reflètera mes émotions les plus profondes.

Photo Garry Winogrand
Photo Garry Winogrand
Photo Joel Meyerowitz
Photo Joel Meyerowitz

Les manifestations sont d’excellentes occasions

Nous allions à chaque manifestation, chaque marche, tous les rassemblements à Central Park ou Times Square ; quand il y avait des marches, nous y allions tous. Nous nous y rendions vraiment pour deux raisons. Déjà parce qu’on prêtait notre corps à une bonne cause, parce que c’était juste, mais aussi parce que c’était un endroit parfait pour faire des photographies. C’était chaotique, il y avait des foules énormes, et puis il y avait les médias. […] Tout le monde se tournait vers les camions de télévisions, et puis la police arrivait, les manifestants arrivaient, et bam, confrontation. Et puis les lumières de NBC s’allumaient à un autre endroit et ça bougeait le long de la rue. C’était comme un flipper.

Joël Meyerowitz – ByStander

Quand je commençais mon activité professionnelle à Paris, je passais chaque week-end à arpenter les manifestations qui ne manquaient pas d’arriver pour une raison ou une autre. Je choisissais bien sûr plutôt les causes que je défendais, n’étant pas en commande.

Aujourd’hui je vis à Salvador de Bahia, cette ville est plutôt réputée pour ses processions religieuses catholiques et Candomblé. Si je le peux, je suis présent à chacune d’elle. Les manifestations sont des endroits rêvés pour la photographie de rue, pour observer la vie quotidienne et les habitudes locales, et pour trouver des scènes extra-ordinaires qui seront parfaites pour des photos.

Photo Joel Meyerowitz
Photo Joel Meyerowitz
Photo Garry Winogrand
Photo Garry Winogrand

Trouver un camarade de jeu

Joël Meyerowitz dit de leur relation avec Garry Winogrand qu’ils étaient comme « deux gavroches » dans les rues du Bronx. Deux enfants essayant de capter la vie autant et aussi bien qu’ils pouvaient.

Garry aimait avoir de la compagnie. Il avait besoin d’être dehors dans les rues, et il avait besoin de compagnie avec lui tout le temps. C’était irrésistible, il était irrésistible. Il disait tout le temps « Allons-y ! Allons-y ! » dès le début de notre relation, il m’appelait le matin et disait : « écoute, je te retrouve au Greasy Spoon au croisement d’Amsterdam et de la 96e. Nous prendrons un café, puis on sort et on photographie. » Je sortais dans les rues intensément entre 1962 et 1965, avec ce gars, cette boule de nerfs inarrêtable.

Joël Meyerowitz – ByStander

Mes principaux camarades de jeu sont maintenant les participants à mes voyages-photo, où ceux à qui j’enseigne dans les rues de Salvador. Je me crois plus proche de Garry Winogrand sur cette aspect, j’aime avoir quelqu’un à qui montrer mes photos, discuter photographie ou des scènes que nous croisons, ou politique, ou quoi que ce soit en fait. La photographie, c’est mieux à plusieurs.

Et pour progresser j’ai adoré coller aux basques des grands photographes que j’ai trouvé sur ma route, merci à eux de m’avoir supporté. Trouvez un mentor et posez-lui toutes les questions que vous pouvez, ce sera toujours utile, et follement amusant.

Photo Garry Winogrand
Photo Garry Winogrand
Photo Joel Meyerowitz
Photo Joel Meyerowitz

La photographie est une méditation

Timing, intuition. C’est ce sixième sens que vous ne pouvez pas vraiment décrire à quelqu’un d’autre. Je ne voudrais pas aller de manière trop lourde sur cette partie mystique de la photographie, mais si vous êtes à un endroit suffisamment longtemps, que vous soyez en canoë le long du Grand Canyon ou si vous marchez le long de la 5ème avenue, vous commencez à apprendre le cours de la rivière ou des rues et à comprendre le comportement des gens. Si vous voyez une anomalie dans la foule, ou sentez un changement de densité de la foule, à 15 ou 20 mètres, vous allez vous préparer et essayer d’observer ce qui s’y passe, ce qui va arriver. Vous commencez à prévoir et à vous projeter en position et alors peut être que ça viendra de votre côté.

Joël Meyerowitz – ByStander

Rentrer dans cette zone si particulière de concentration n’arrive pas instantanément, ça se décide. Quand je commence à chercher des photos autour de moi, ma concentration grandit peu à peu. Une lumière étonnante, un détail amusant, puis tiens une scène qui correspond à ma focale, comment pourrais-je l’attraper. Et si j’allais là ? Mais pourquoi a-t-il l’air triste. Oh un beau rouge qui sort d’une zone d’ombre. Mais qu’est-ce que c’est que ce chapeau, haha ça n’a l’air de rien.

Quand je lève le nez il peut s’être passé 20 minutes, surtout si je n’ai personne avec moi. Rentrer dans la zone commence par une méditation, mon appareil, un réglage, ok je commence autour de moi, puis plus loin et je scanne, zone après zone. Et je recommence.

Photo Joel Meyerowitz
Photo Joel Meyerowitz
Photo Garry Winogrand
Photo Garry Winogrand

1200 ISO et être là

Nous travaillions de manière totalement différente de Robert Franck. C’est une différence de métabolisme, mais c’est aussi une différence technique. Avec Garry Winogrand nous utilisions de la pellicule Tri-X 400 que nous poussions à 1200 ASA [NDLE équivalent 1200 ISO si vous utilisez un appareil photo numérique]. La raison est que cela nous permettait d’avoir une vitesse au 1/1000e de seconde autant que possible, parce que si vous faites de la photo de rue au 1/125e de seconde, les photos sont floues. Si vous êtes en train de bouger vers quelque chose ou si votre sujet est en mouvement, l’un des deux mouvements ruinerait la photo. Je m’en suis rendu compte en observant le travail de Garry. Pousser le film comme ça était l’innovation de Garry.

Joël Meyerowitz – ByStander

Pendant des années j’ai photographié dans les rues ou en reportage en mode priorité vitesse au 1/250e de seconde, avec une sensibilité de 200, 400 ou 800 ISO selon les conditions de lumière. Mais avec le temps je reviens à plus de simplicité : Mode P et 1200 ISO minimum pour que la vitesse soit suffisamment élevée.

Moins je pense à mes réglages, plus je passe de temps à composer et à chercher des photos « dures » à réaliser. Le dicton populaire en photographie de rue est « F8 and be there » – « F8 et soyez-là ». Mais je crois que « ISO 1200 et soyez-là » est encore plus pertinent.

Recevez les prochains articles par email :
inscrivez-vous ici

Formation & Voyages Photo en 2020
avec Genaro Bardy

Ebook Gratuit - 9 Techniques de composition pour la Photographie de Rue