Ce que j’ai appris en photographiant comme Bruce Gilden

Depuis que j’ai découvert la photographie de rue, les photos de Bruce Gilden génèrent chez moi une fascination, elles m’obsèdent. Le seul autre photographe qui me donne ce genre de sentiment est Alex Webb, qui fera l’objet d’un autre article sur ce format.

Bruce Gilden est connu pour utiliser une méthode de prise de vues radicale, qui crée la polémique dans les commentaires sur tout ce qu’il produit : le flash à très courte distance de ses sujets, la plupart du temps sans demander la permission.

J’ai voulu pratiquer cette technique de prise de vues pour deux raisons :

  • on ne peut pas vraiment s’approcher plus près des sujets en photo de rue, c’est pour moi l’étape ultime de la démarche.
  • je voulais repousser mes limites personnelles, voir de quoi j’étais capable. Je me suis lancé ça comme un défi, une performance. Je ne savais pas à quel point j’allais apprécier le résultat.

Ce que j’ai appris en photographiant comme Bruce Gilden :

Les gens sont le plus souvent sympathiques avec un photographe

Cet homme pourrait avoir un regard qui parait sombre en fronçant les sourcils. C’est qu’il est bien curieux de voir débouler un gaillard le flash à la main pour se coller dans votre nez. Mais le moment l’a amusé, il était joyeux à à finit notre petit moment ensemble en nous bénissant. Je n’ai pas su s’il était pasteur étant parti un peu vite, mais ce monsieur représente bien mon sentiment général en photographie de rue.

Les gens que je croise sont pour une grande majorité sympathiques si vous photographiez avec le sourire et transmettez de la joie de vivre. Oui le flash à un mètre génère plus de réactions méprisantes voire agressives, mais dans l’ensemble elles restent des cas particuliers qui sont juste mis en valeur par la méthode. Ces réactions négatives ne dépassent pas 10% avec la méthode de prise de vues la plus agressive en apparence. [Faith in humanity restored]

Parisiens, 2019

Le flash résout beaucoup de problèmes techniques

Vitesse fixe à 1/160e de secondes ou au 1/200e, ouverture à F8.0 pour avoir une bonne profondeur de champ, le flash qui fige le(s) sujets. Quelques soient les conditions de lumière je peux travailler et me concentrer sur l’interaction avec les personnes que je rencontre. L’interaction est inévitable et je préfère largement être dans ces conditions et me concentrer sur la photo puis sur l’explication éventuelle de la démarche si la personne s’arrête.

Mon taux de photos « gardées » n’est pas meilleur, mais quand j’en ai une qui est forte elle me marque plus durablement. Le flash a une certaine tendance à rendre tout plus beau, mais surtout il me fait oublier les réglages de mon appareil, ou me permet de ne pas penser au sens de la lumière.

C’est extrêmement appréciable de se concentrer uniquement sur ce qui vous entoure et de rechercher le bon sujet/cadrage.

Parisiens, 2019

Impossible d’anticiper une photo

C’est peut être parce que je débute dans cette pratique, mais il m’est apparut difficile d’anticiper une photo, de savoir avant quel type de photo j’allais obtenir.

Il m’est aussi devenu impossible de savoir si j’allais être vu avant ou au moment du déclenchement, ou quel allait être le type de réaction qui serait capturé. C’est de la pure chasse, on ne peut pas composer avant de s’approcher.

C’est très nouveau pour moi et particulièrement excitant, ce doit être dû probablement à une bonne montée d’adrénaline.

Bahianos, 2019

Demander la permission marche toujours aussi bien

C’est la base en photo de rue, si vous avez peur d’y aller demandez la permission. Cela vous habituera à aller au contact, vous pourrez capter des moments naturels autour du portrait que vous aurez demandé, et enfin vous constaterez que la plupart des gens sont charmants.

Je vais pas vous mentir je ne faisais pas le fier la première fois que j’ai tenté l’expérience sur la plage de Barra, coin qui peut être réputé assez chaud à Salvador. Du coup je me suis raccroché aux bases, j’ai systématiquement demandé la permission avant de shooter. Alors oui, j’ai fait du portrait avant tout, mais je crois aussi avoir attrapé quelques beaux moments. Et puis ça m’a détendu et j’ai fini par déclencher sans demander sur la fin.

Bahianos, 2019

Se baisser au sol est utile, et difficile à maitriser

Observer Bruce Gilden travailler est maintenant facile, si vous n’avez pas peur de l’anglais : https://www.youtube.com/watch?v=ejlIgyYhlJ8

Avant de commencer cette technique du flash à un mètre je ne voyais pas bien l’intérêt de chercher à me mettre au sol. En essayant c’est apparu comme une évidence, ça permet de composer en remplissant le cadre plus facilement. Et ça donne un sentiment exacerbé en rendant le sujet « dominant » avec la contre-plongée.

Du point de vue de la réaction du sujet, si vous ne demandez pas la permission ça permet d’être vu plus souvent comme une curiosité plutôt qu’une menace.

Si j’avais un conseil, je vous dirais de faire attention à ne pas viser trop haut. La séquence passe tellement vite que l’on a vite fait d’avoir 2/3 de ciel sur sa photo, ce qui est rarement efficace sur le résultat.

New Yorkers, 2019

Continuer à arpenter les mêmes rues

Le taux de réussite est traditionnellement très bas en photographie de rue, je l’ai trouvé encore plus faible avec cette technique. Probablement qu’avec une pratique plus régulière j’arriverais à m’en sortir un peu mieux, mais combien de clichés ratés pour une photo potable ? Pfffffiiiu il faut être persévérant.

Puis à partir d’une certaine heure, quand les conditions de lumières commencent à être faibles, les contrastes avec le flash deviennent extrêmes. C’est un style mais pas celui que je recherchais, ça m’a laissé peu de temps pour travailler.

Ainsi si je veux avoir une série de photo intéressante, il m’a semblé encore plus important de revenir encore et encore au même endroit. D’ailleurs Bruce Gilden est connu pour avoir écumé New York quasi exclusivement sur la 5ème Avenue, pour des raisons de lumière et de population rencontrée, mais je crois que c’est aussi nécessaire à cette pratique.

New Yorkers, 2019

Le résultat est radicalement différent

Avec le flash à un mètre, sans demander la permission, j’ai trouvé les photos fortes, intenses, radicales. Les prises de vues m’ont pris aux tripes comme jamais et je trouve que cela se ressent dans les photos. Peut-être que je me projette trop dans ces photos, c’est une technique nouvelle pour moi. Mais j’ai le sentiment d’être aller explorer quelque chose de nouveau chez moi et chez les personnes que j’ai croisées est bien ancré, là, et j’ai très envie d’y retourner le plus tôt possible.

Découvrir sa personnalité

Avec cette technique, le choix des sujets devient crucial. J’ai très vite compris que je ne pouvais pas photographier tout le monde que je croise (duh), le choix des sujets devient forcément personnel.

Je dois reconnaitre avoir été un peux vexé quand on m’a dit que je ne photographiait « que les vieux » avec mes premières photos sur Twitter. Je n’ai pas été jusqu’à penser qu’on allait saluer la démarche, je sais ce que ce genre de photos génèrent comme commentaires, mais je ne pensais pas être tellement accroché sur la méthode.

Bruce Gilden se décrit comme un « bulldog » dans les rues de New York, sa démarche est radicale et sa manière d’être également. Il peut paraître choquant de l’entendre dire « Je ne savais pas que la rue vous appartenait » à un passant pas content d’être flashé au milieu d’un trottoir. J’ai trouvé ça drôle, au delà du fait que c’est très vrai (la rue ne nous appartient pas).

Et je me suis surpris à défendre des clichés que je voulais garder, à refuser de les effacer alors que je le conseillerai toujours quand j’enseigne. C’est que je dois être moi aussi un bulldog.

Connaître son droit

La méthode est extrême, mais elle reste autorisée. De l’importance de bien connaître son droit, sur Twitter comme dans la rue.

Voici le texte de loi évoqué dans cette conversation : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F32103
Et la réponse que je lui ai opposé : http://thomas-benezeth.fr/blog/le-droit-a-limage-en-photo-de-rue/

Je vais continuer

En conclusion je dirai que j’ai adoré cette pratique. Autant pour les photos qui en sont sorties que pour ce que ça m’a permit d’apprendre sur les autres et sur moi. Je crois que la photographie de rue est avant tout une expérience sociologique, tournée vers les autres et sur nos modes de vie. Cette pratique de la photo de rue en révèle des aspects que je ne soupçonnais pas. Et je n’ai qu’une seule hâte, y retourner.

Masterclass à Londres – Découvrir son style
& Techniques de photographie de rue avancées

Téléchargez le roadbook avec Photographes du Monde