Quito en noir et blanc – Film TriX 400

posted in Ecuador

Quito en noir et blanc – Film TriX 400

La photographie argentique ne m’a jamais vraiment quittée, j’ai simplement eu une année disons… différente, avec mon installation à Salvador de Bahia. Dans mon déménagement mon Yashica Electro 35 est resté dans un carton chez un ami, ce n’était pas ma priorité et j’emmenais déjà beaucoup de matériel.

Lors de mon dernier séjour à New York j’ai sauté sur une occasion chez B&H, un Nikkormat qui fonctionne comme une horloge suisse et un 50mm. J’ai pu retrouver le plaisir du film, le TriX 400 pour ce qui me concerne, ma passion pour le noir et blanc étant à nouveau envahissante depuis que j’ai souhaité sortir un livre sur cette pratique.

Et puis à Quito où j’étais pour écrire une histoire pour Serendipia, je tombe sur un rangefinder minuscule que j’ai eu pour une bouchée de pain. Et pour cause, il semble que l’enrouleur fonctionne moyennement, vous le verrez sur la partie droite de certains clichés.

Alors me voilà dans les rues de Quito avec 2 boitiers argentiques, et un numérique pour assurer le job qui m’occupait tout de même. Le résultat me plait infiniment, et je dois bien reconnaître que la pratique évolue avec la pellicule. Le rapport au déclenchement est différent, j’ai le sentiment que chaque cliché compte un peu plus, que je fais plus attention à ce que je veux garder ou montrer.

J’ai encore quelques difficultés à me régler quand les conditions de lumières sont difficiles. N’ayant de cellule sur aucun des deux boitiers, le plus souvent j’utilise une application sur mon téléphone pour évaluer la lumière et trouver le bon réglage.

Mais le rendu est incomparable. Ces scans sont bien sûr intégralement pas retouché, en direct depuis Négatif+ .


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *